Browsed by
Category: Edition

Les grandes dates

Les grandes dates

1969

7 avril, publication de la première RFC. C’est la mise en place des normes qui régiront l’Internet.

2 septembre 1969, mise en place du premier nœud (U.C.L.A.).

1er décembre 1969. C’est à cette date que s ‘est déroulée la première connexion de quatre ordinateurs distants avec échange de données entre l’Université de Californie à Los Angeles (U.C.L.A.), L’Institut de Recherche de Stanford (S.R.I.), L’Université de Californie à Santa Barbara (U.C.S.B.) et L’Université de l’Utah.

1970

Développement du système d’exploitation UNIX (epoch UNIX).

1971

En juillet, lancement du projet Gutenberg.

Ray Tomlinson (ARPANET) s’envoie à lui-même le premier email (courrier électronique). Il choisit le glyphe @ (arobase) comme séparateur pour les adresses électroniques.

1972

En octobre, création de l’InterNetwork Working Group (INWG).

1973

Développement du protocole TCP/IP.

Premières connexions internationales d’ARPANET avec la Norvège et la Grande-Bretagne.

1975

  1. Gates et P. Allen fondent Microsoft.

1976

  1. Jobs et S. Wozniak fondent Apple Computer.

1978

Création de la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés).

1983

1er janvier, bascule d’ARPANET vers le protocole TCP/IP.

Invention du DNS (Domain Name System).

1984

Mise en place des TLD (Top Level Domain).

1985

Sortie de Windows 1.0

1989

Naissance du WWW (World Wide Web).

1990

Création du premier moteur de recherche Archie.

Fin de l’ARPANET.

1992

Naissance de l’ISOC (Internet Society).

1993

Invention de Mosaic, navigateur grand public précurseur.

1994

Naissance de Yahoo!

  1. Clarke fonde Netscape.

Développement de la version 1,1 de Linux.

1995

Sortie de Windows 95 (intègre TCP/IP).

Emergence de nouvelles technologies telles que Java, JavaScript, ActiveX…

Création d’Infoseek search.

Lancement d’Altavista.

Parution de la première Netiquette.

1997

Mise en place de Gallica.

1998

31 mars, fondation de Mozilla.

En avril, présentation de l’Imac d’Apple.

En août, lancement de Windows 98.

En octobre, création de l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers).

Naissance de Google

1999

Création de Napster

Le 26 mars, le virus Melissa pollue le web.

En juillet, sortie de l’Ibook (IMac version portable).

2000

En mars, la bulle Internet est prête à éclater.

Le 5 mai, le virus « I love You » fait des ravages.

2001

Convention sur la cybercriminalité à Budapest.

Emergence du P2P.

Le 15 janvier, lancement de Wikipedia.

2003

Emergence de Secondlife.

2004

Le 4 février, Facebook est né.

Du 5 au 7 octobre à lieu la conférence sur le Web 2.0.

Le 9 novembre, lancement de Firefox 1.0.

2005

En février, lancement de Youtube.

2006

Création de la « World Digital Library » et de « Live Search Book ». Les bibliothèques numériques sont au cœur de l’Internet.

Un nouveau mode de communication : Twitter.

2007

Les technologies dominantes du web sont liées au Web 2.0 et aux services mobiles (Ajax, flex, atom, RSS, PHP, Android…).

Lancement du prototype Europeana (lancement officiel en 2008).

2008

En décembre, Google lance son navigateur « Google Chrome Beta ».

On dénombre 186,7 millions de sites web.

2009

L’Iphone 3GS rencontre un vif succès.

Vote de la loi HADOPI.

Carte mentale des usages du web

Carte mentale des usages du web

Je présente ici une carte mentale des pratiques et usages du web afin d’offrir une vue d’ensemble des grandes lignes de ce que la toile permet de réaliser. Il s’agit autant d’un outil technique que d’un objet pédagogique. C’est la consubstantialité de ces usages qui fait du web un lieu unique et virtuel de la diversité.

Précisions sur la réalisation de la carte. Cette conception personnelle du web n’a rien d’exhaustif, d’exclusif et encore moins de définitif. Il serait d’ailleurs délicat et inadapté de présenter l’ensemble des ressources en ligne sur une carte unique. Le but est de synthétiser tout en apportant de la clarté. Une difficulté réside en la sectorisation des branches fondamentales, associée au tissage des liens entre les éléments à différents niveaux. Il est bien évident que la plupart des usages pourraient être interconnectés à l’instar de l’Internet. Cependant, toujours dans un souci de clarté, j’ai volontairement restreint les interconnexions aux principaux usages en excluant les interconnexions entre les branches fondamentales. Même si ces liens ont leur importance, de telles interconnexions auraient nui à la lisibilité de cette carte. D’autre part, j’ai choisi cette structure arborescente afin de hiérarchiser les pratiques.