Browsed by
Category: Sites pour enfants

20 sites pour le traitement d’image

20 sites pour le traitement d’image

Voici une sélection de 20 services en ligne de traitement d’image et de création graphique plus ou moins récents. Certains sont en français (la langue est précisée entre parenthèses), il est parfois nécessaire de chercher un peu sur la page d’accueil du site pour découvrir le choix de langue. On y trouvera des outils en ligne, des tutoriels et des générateurs.

3D see (en) : réalisation d’une image 3D à partir d’une série de photos.

TiltShift (en) : application d’un effet maquette ou miniature à une scène réelle.

PC astuces (fr), tutoriel : une méthode pour créer un panorama animé à 360°.

Clubdud (en) : génération d’un autoportrait humoristique en associant une photographie personnelle (visage) avec celle d’une célébrité (corps).

Block Posters (en) : création d’un poster ou d’une affiche grand format à partir d’une photo.

Photofunia (en) : photomontage.

Photo505 (fr) : photomontage.

Mag my pic (en) : photomontage façon magazine.

Blingee (fr) : photomontages animés et personnalisés avec ajout de décorations, effets visuels et textes.

Pizap (en) : photomontages humoristiques personnalisés avec ajout de nombreux objets à redimensionner.

Wordseye (en) : création de scènes 3D générées depuis le texte.

Sumo Paint (fr) : éditeur d’image en ligne très puissant.

Befunky (en) : application d’un effet “funky” (ou pas…) aux photos, assez séduisant.

Big Huge Labs (en) : Pop art poster, retouches façon A. Warhol.

Photofiltre (fr), tutoriel : appliquer un style Pop art à vos photos.

Picnik (fr) : éditeur d’images, retouches de photos en ligne élégant et performant. En Français!

Phototeez (en) : décoration, personnalisation et publication de photos en ligne.

Mr.PicassoHead (en) : création de portraits façon Picasso.

Bomomo (en) : création graphique ludique en ligne.

Photoshop (en) : une version en ligne du célèbre logiciel. Inscription requise.

Internet, c’est quoi?

Internet, c’est quoi?

A l’heure où l’on parle de sites, de services, de logiciels, d’usages ou d’entreprises (start-up), on oublie souvent de mentionner les auteurs ou acteurs du réseauIls sont parfois méconnus, à tort. C’est le thème du septième volet. Qu’ils soient informaticiens, mathématiciens, entrepreneurs ou étudiants, ils s’engagent ou se sont engagés dans la construction de ce formidable outil qu’est l’Internet.

Ils sont classés par ordre chronologique de leur date de naissance, ce qui correspond à peu de chose près à l’ordre de leur d’apparition sur la scène virtuelle. On notera également que plus le temps passe, plus les principaux acteurs sont jeunes lors de leur intervention.

Cette liste n’a rien d’exhaustif, elle est même très subjective puisque je me suis limité aux personnalités qui m’ont interpellé.

Les liens présents dans ce billet renvoient en majorité vers des pages en anglais. Pour remédier à cela, je recommande les outils de traduction de Google.

Joseph Carl Robnett Licklider, dit « J.C.R. » ou « Lick » (né le 11 mars 1915 – décédé le 26 juin 1990), est une figure emblématique de l’histoire de l’informatique. Précurseur, visionnaire ou pionnier, il est surtout connu pour sa contribution au développement de l’Internet par ses idées.

Leonard Kleinrock (né le 13 juin 1934), professeur émérite de l’Université de Los Angeles en Californie, est connu pour être l’un des « pères de l’Internet » notamment de par son invention des principes de la commutation de paquets.

Robert E. Kahn, dit Bob Kahn (né le 23 décembre 1938) est actuellement Président du CNRI et fût ingénieur au DARPA. Il est avec Vinton Cerf le co-inventeur du protocole de communication TCP/IP. Il contribue notamment à la création du premier réseau ARPANET aux Etats-Unis en 1969.

Raymond Samuel Tomlinson (né en 1941) est un programmeur qui a conçu un système de courrier électronique et qui a inventé l’email en 1971. C’est aussi lui qui choisit l’arobase comme séparateur dans les adresses électroniques.

Steven Paul Jobs (né le 24 février 1955 à San Francisco en Californie), amercian businessman, est, avec Steve Wozniak (dit « Woz »), le cofondateur d’Apple. Ils sont tous deux considérés comme les pionniers de la micro-informatique pour avoir introduit l’ordinateur dans les foyers.

William Henry Gates III dit Bill Gates, informaticien américain né le 28 octobre 1955 à Seattle, a fondé en 1975 la société Micro-soft (renommée par la suite Microsoft) avec Paul Allen. Il a également conçu, entre autres, le système d’exploitation Windows dont la première version a été publiée en 1985.

Lawrence Edward Page dit Larry Page, né le 26 mars 1973 à Ann Arbor dans le Michigan, est un informaticien américain et cofondateur du site internet et moteur de recherche Google avec Sergey Brin.

Mark Elliot Zuckerberg est né le 14 mai 1984 à Dobbs Ferry, (Comté de Westchester dans la banlieue de New York). Informaticien et chef d’entreprise américain, il est le fondateur et Chief executive officer du site internet de réseautage social Facebook (alors étudiant à Harvard).

Carte mentale des usages du web

Carte mentale des usages du web

Je présente ici une carte mentale des pratiques et usages du web afin d’offrir une vue d’ensemble des grandes lignes de ce que la toile permet de réaliser. Il s’agit autant d’un outil technique que d’un objet pédagogique. C’est la consubstantialité de ces usages qui fait du web un lieu unique et virtuel de la diversité.

Précisions sur la réalisation de la carte. Cette conception personnelle du web n’a rien d’exhaustif, d’exclusif et encore moins de définitif. Il serait d’ailleurs délicat et inadapté de présenter l’ensemble des ressources en ligne sur une carte unique. Le but est de synthétiser tout en apportant de la clarté. Une difficulté réside en la sectorisation des branches fondamentales, associée au tissage des liens entre les éléments à différents niveaux. Il est bien évident que la plupart des usages pourraient être interconnectés à l’instar de l’Internet. Cependant, toujours dans un souci de clarté, j’ai volontairement restreint les interconnexions aux principaux usages en excluant les interconnexions entre les branches fondamentales. Même si ces liens ont leur importance, de telles interconnexions auraient nui à la lisibilité de cette carte. D’autre part, j’ai choisi cette structure arborescente afin de hiérarchiser les pratiques.