Browsed by
Category: Multimédia

Cliquez, vous êtes fichés ! L’identité numérique.

Cliquez, vous êtes fichés ! L’identité numérique.

L’identité numérique, la confidentialité et la sécurité des données personnelles (vie privée, anonymat) sur Internet ou « e-réputation »: les risques, les précautions (outils et méthodologie).

 

Identifier les risques.

Quels sont les usages et les menaces qui peuvent conduire à la divulgation et à la publication d’informations privées ou professionnelles?

 

Les Malwares

 

Les malwares constituent une source de risque important. Il existe un large panel de logiciels malveillants en perpétuelle évolution qui ont souvent pour but de collecter des données personnelles confidentielles et sensibles, traquer et surveiller l’utilisateur. On distingue essentiellement comme menaces du type « malware » les virus, les spywares, les vers (worms) ou chevaux de Troie (Trojan).

 

 

Le social engineering et Phishing

 

C’est un moyen crapuleux usant de persuasion pour extorquer des informations sensibles à l’utilisateur. Le social engineering peut prendre la forme de courriels dits de « phishing » dans le but d’obtenir des renseignements comme un code secret de carte bancaire depuis un faux message prétendument envoyé par une banque.

 

Les botnets

 

Il s’agît d’un réseau d’ordinateurs compromis (à l’insu du propriétaire) dont le but est d’effectuer des opérations de masse parfois malveillantes comme le vol d’informations personnelles ou l’espionnage.

 

Les keyloggers

 

Ce sont de petits programmes dont la fonction est d’enregistrer et/ou communiquer à un tiers toutes les séquences de touches frappées sur un clavier dévoilant ainsi mots de passe, identifiants, codes secrets…

 

Le hack des services mobiles 3G et services en ligne de voIP.

 

De plus en plus les technologies et services de la téléphonie mobile notamment de la 3G s’apparentent de plus en plus à ceux de l’informatique et du web. Et, à l’instar de la voIP, ils héritent des mêmes faiblesses, risques et autres contraintes.

 

Les FAI

 

S’il y a bien un partenaire en qui il faut pouvoir faire confiance relativement à Internet c’est le FAI. En effet, lors de la souscription à quelconque forfait ou service auprès d’un FAI, il convient de déclarer des renseignements confidentiels d’identité et bancaires.

 

Les failles de logiciels

 

De nombreuses attaques extérieures (virus ou spywares) utilisent les failles de logiciels installés sur un ordinateur pour y pénétrer notamment celles du système d’exploitation.

 

Les traces de navigation

 

Certaines attaques extérieures malveillantes se focalisent sur les traces laissées par une simple navigation anodine sur Internet. Ces éléments peuvent suffir pour collecter des renseignements personnels à des fins malhonnêtes. Parmi ces traces on notera principalement l’historique de navigation, l’historique de téléchargement, les cookies, les identifiants, la mémoire cache de l’ordinateur, les requêtes via moteur de recherche ou la barre d’adresse, les mots de passes enregistrés, les données de formulaires, les favoris (signets ou marques-pages) et le presse-papier.

 

Les Whois (responsables de sites)

 

Lorsqu’un responsable de site choisit d’enregistrer un nom de domaine, il déclare des informations sensibles qui peuvent être aisément collectées par l’intermédiaire de services « Whois ».

 

Le laxisme lié aux usages et trop de traçabilité.

 

C’est une erreur de croire qu’on est à l’abri derrière son écran et dire ou faire des choses qu’on ne ferait pas ailleurs que sur Internet. L ’empressement, l’insouciance, le clic facile et l’ignorance sont autant d ‘éléments qui mènent à la divulgation d’informations personnelles.

 

La collecte de données d’identité numérique par un tiers.

 

Avec un peu de volonté et quelques outils, il n’est pas hors de porter de collecter rapidement quelques informations sur une personne. Il est également important de savoir que tout n’est pas illégal dans la recherche d’informations sur un tiers. En effet, une pratique devenue courante consiste à « Googler » quelqu’un pour en savoir un peu plus sur un individu. Mais attention, certaine pratique n’en restent pas là, certains opérateurs malveillants utilisent des outils (logiciels, scripts…) plus performants pour reconstituer l’ensemble de l’identité numérique d’une personne.

 

L’état actuel du réseau

L’état actuel du réseau

Les internautes

Actuellement, le nombre d’internautes dans le monde est estimé à plus d’un milliard et demi. Les USA et la Chine représentent environ un quart à eux seuls. Le nombre d’internautes dans le monde devrait passer à 2,2 milliards en 2013, dont 43% en Asie et 17% en Chine, selon une étude du cabinet Forrester publiée en juillet 2009 : soit 4,5 nouveaux connectés chaque seconde.

La France remonte au 15ème rang des nations numériques en 2009.

2270 euros sont consacrés en moyenne chaque année par les ménages français aux nouvelles technologies (téléphonie, informatique, Internet, console de jeux…) et aux médias (presse, cinéma, musique) selon une étude de Médiamétrie publiée en octobre 2008.

Sécurité sur Internet : au premier rang des préoccupations pour 30 % des européens selon Unisys. Cette inquiétude s’avère bien moindre que celle liée aux données financières, 81 % des européens craignant la fraude à la carte bancaire ou le détournement d’informations personnelles.

Dans le domaine de la sécurité sur Internet (virus, phishing, chevaux de Troie…), la France se classe au dernier rang (20 %), tandis que le niveau d’inquiétude est de 41 % pour les Belges, et de 38 % pour les Britanniques et les Néerlandais. Mais, 54 % des français se disent inquiets (dont 21 % très inquiets) quant à la sécurité des paiements et des transactions en ligne.

 

Les sites web

Selon Netcraft, Internet comptait 186,7 millions de sites Internet dans le monde en Décembre 2008 dont près de 75 millions jugés actifs. Si ce nombre a été multiplié par 2,5 depuis décembre 2005, la croissance ralentit avec seulement 20% d’augmentation en 2008 (soit 31,5 millions de nouveaux sites) contre 47 % en 2007 et 41 % en 2006.

Internet, c’est quoi? #6 Les usages aujourd’hui

Internet, c’est quoi? #6 Les usages aujourd’hui

La recherche d’information

    La recherche d’information est l’une des principales opérations effectuées sur l’Internet. En moyenne, trois internautes sur quatre se sont rendus sur le réseau pour rechercher de l’information (informations pratiques, actualité, documentation, recherche scientifique…) au cours des trente derniers jours (IPSOS).

Le courrier électronique (email)

    Sans doute la pratique la plus répandue, la lecture et la rédaction de courriels est pour beaucoup une activité quotidienne. Inventé au début des années 70, il est aujourd’hui un moyen de communication universel. Cependant, nombre d’indicateurs laissent présager un avenir plutôt sombre au mail. En effet, les réseaux sociaux et leur perpétuelle évolution (amélioration) tendent à le remplacer.

Les réseaux sociaux et autres outils de communication (forums, chats, téléphonie, visiophonie…)

    Les réseaux sociaux comptent aujourd’hui de nombreuses fonctionnalités qui permettent d’intégrer différentes pratiques et notamment plusieurs modes de communication sur une seule et même plateforme. Même si le courriel, le chat, les forums et autre visiophonie sont encore présents sur la toile et génèrent un trafic important, il semble pourtant que certains sites prédominants tels Facebook, Myspace et Twitter réussissent l’amalgame de nombreux usages.

    Même si la croissance (du trafic) de ce nouveau genre est incontestable, notamment pour Facebook (près de 300 millions d’utilisateurs dans le monde): il n’en demeure pas moins certaines interrogations sur l’utilisation qui est faite de ces plateformes.     Une récente étude à démontré que 40% des gazouillis (messages postés sur Twitter) serait du bavardage futile “pointless babble” c’est-à-dire “parler pour ne rien dire”.

Le divertissement

    Aujourd’hui, l’Internet est aussi le lieu de nombreux divertissements tels que l’écoute de radios, la consultation de vidéos dont les bandes annonces de cinéma, l’échange et le partage de photos, les jeux en lignes (seul ou en réseau), les créations graphiques et/ou audio, la télévision…

Le téléchargement (dont le P2P)

    Le téléchargement représente également une part importante de l’activité liée à l’Internet. On notera que le téléchargement illégal (via le Peer to Peer) y a une bonne place, les internautes ne s’en cachant pas.

Les services dématérialisés

    Un gain de temps, d’énergie et des économies sont réalisés grâce à la dématérialisation de l’administration. En effet, il est désormais possible (recommandé) de formuler les demandes relatives à l’état civil en ligne, de gérer son imposition, sa banque, l’envoi de courriers et colis, d’utiliser les services bureautiques en ligne, etc.

Le commerce électronique

    L’achat-vente par/pour/entre les particuliers et /ou professionnels à prix fixes ou aux enchères, les formules sont à la portée de tous. Selon Nielsen, en 2008 et dans le monde, 86% des internautes ont acheté sur le réseau. La proportion monte jusqu’à 93% pour l’Europe de l’ouest. En 2006, les revenus du jeu sur Internet ont été de l’ordre de 4,5 milliards de dollars, selon DFC Intelligence. Ces revenus générés sur le Net devraient atteindre 13 milliards de dollars d’ici à 2012, soit une croissance de 192 %.

La délinquance et le crime

    Malheureusement, toutes les pratiques liées à l’Internet ne sont pas innocentes. La cybercriminalité est trop présente. Les pratiques illicites sont tout aussi variées que les autres usages tels que les fraudes à la carte bleue, les ventes d’objets volés, l’usurpation d’identité, la diffusion de contenus illégaux, les injures ou menaces et autres atteintes à la personne et autres arnaques en tous genres.

La Documentation française et ses 650 cartes géographiques en accès libre

La Documentation française et ses 650 cartes géographiques en accès libre

La documentation française qui a pour mission de service public l’édition et la diffusion d’informations politiques, administratives, économique et sociale permet la consultation libre d’une bases de données de 650 cartes géographiques regroupées en 22 catégories (accès thématique) telles que “cartes historiques”, “commerce”, “conflits”, “démographie”, “développement durable”, “religions” ou “santé”. Le site propose également une navigation géographique pour atteindre les ressources notamment par pays. Cette cartothèque révèle des ressources d’une incroyable richesse pour enseigner, étudier ou tout simplement découvrir.

La Documentation française, dans une page dédiée, présente la cartothèque avec ses références, sources, auteurs et autres informations.